Ugg abree mini

Pour l’Unesco, la priorité est de stabiliser les falaises Un rapport sur cet incident devrait être présenté en juin, lors de la réunion du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco à Doha (Qatar). Car, pour l’Unesco, la priorité des travaux à Bamiyan est de stabiliser la falaise et la niche occidentale, d’où des pierres tombent régulièrement depuis la destruction des bouddhas à l’explosif. Mais l’organisme international n’en a pas fini avec les polémiques.

À quelques encablures, un autre projet a, lui aussi, failli tourner à l’incident diplomatique. La Corée du Sud souhaite en effet financer un musée dédié aux antiques cultures de la vallée de Bamiyan à hauteur de 5,4 millions de dollars. Or, les Japonais, grâce en bonne partie au financement des grandes fondations bouddhistes, projetaient depuis longtemps d’en faire un, s’estimant les plus légitimes pour le réaliser. Ils ont été pris de court… Un terrain d’entente semble néanmoins avoir été trouvé. Et aux dernières nouvelles, les deux nations devraient collaborer.Cet article est un extrait de Sciences et Avenir 807, actuellement en kiosque. Vous pouvez aussi acheter le journal en version numérique via l’encadré ci-dessous.

 

Pour ces bijoux modernes et précieux, Adeline Moniez, créatrice de Marbella, et Jean Nouvel se sont inspirés des constellations, de l’art tribal… Résultat ? Trois motifs géométriques, fluides qui évoquent une certaine liberté. On retrouve la signature de Jean Nouvel, célèbre architecte de l’Institut du monde arabe (Paris), de l’Institut Cartier (Paris) rénovateur de l’Opéra de Lyon (entre autres) et à l’origine de multiples réalisations à travers le monde.En édition très limitée ces bijoux de peau seront en vente sur le site Internet de Marbella Paris et dans la boutique du musée des arts décoratifs (Paris), où une exposition est justement consacrée à Jean Nouvel (jusqu’au 12 février 2017).Les bijoux « Marbella by Jean Nouvel » seront vendus entre 1000 et 100 000€.