Ugg fashion

Festival. Aux Escales de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), la musique du Cap (Afrique du Sud) est à l’honneur. À l’affiche, une génération post-apartheid, avide de métissage musical.Elle compte presque quatre millions d’habitants et c’est la grande ville la plus australe du continent.Ugg fashion Au Cap (Afrique du Sud), il n’y a pas que le souvenir de Nelson Mandela, prisonnier à Robben Island, l’île juste en face, qui est omniprésent. Des townships (quartiers plus pauvres) au City Bowl (le centre), la musique est dans l’air.Cet été, le festival des Escales, à Saint-Nazaire, rend hommage à cette ville lointaine mais avec qui nous partageons le même fuseau horaire.

La nouvelle génération est de la partie. « Ce sont les « born free », nés après l’apartheid. Ils sont attachés à leurs racines et s’interrogent sur leur identité en dehors de la culture blanche.Cela se traduit par des emprunts aux répertoires traditionnels, même si le son reste très actuel.Ugg fashion Les cultures jazz, hip-hop, sont par exemple très présentes », explique Jérôme Gaboriau, programmateur.« Les groupes ne se sont jamais sentis aussi libres pour mixer les genres », estime la Sud-Africaine Cata.Pirata, à l’affiche avec son groupe Skip & Die.
Au Cap, le creuset de ces métissages, ce sont les concerts. « La scène informelle prend de l’ampleur, les musiciens organisent des événements dans des endroits hors du commun, comme des galeries ou des marchés », témoigne Rhoda Isaacs, manager et tourneuse au Cap.

Emblème de cette génération touche-à-tout, les DJs seront à l’honneur ce week-end.Dj Invizable,Ugg fashion affublé tel un cosmonaute, représente à lui seul l’excentricité de la scène captonienne, entre délires au synthé et esprit reggae-dub.Le festival donnera aussi l’occasion de découvrir le kwaito, ce genre typique de l’Afrique du sud qui mêle la house à des samples de musique traditionnelle.Ces artistes sont à l’image d’une ville qui vibre, mais que l’on quitte aussi. Comme l’excellent Petite Noir et sa cold wave africaine, désormais londonien. Et la prometteuse Alice Phoebe Lou, aujourd’hui berlinoise. Elle ouvrira le bal avec sa folk faussement fragile.